Connecter

Inscription

Projets par
axe de recherche



Recherche avancée

Suggestions de recherche
 

Votre panier

Bois de structure

Bois d’apparence

Bois d’ingénierie

Composantes structurales et bâtiments préfabriqués

Générale

Panneaux structuraux et non structuraux

Accueil > Recherche et résultats > Projets par axe de recherche > Bois d’apparence

Bois d’apparence

Développement de revêtements opaques et transparents pour l’industrie du lambrisEn cours

Chef de projet: Riedl, Bernard
 

Objectif

Au Québec, et partout dans le monde, le bois est perçu comme un matériau noble, solide mais nécessitant un entretien régulier et fastidieux, ce qui le pénalise lors de la commercialisation pour les applications extérieures, en regard des composites, et autres matériaux de substitution. Il est donc important de caractériser le comportement de surface de bois résineux pour comprendre les différentes problématiques à court et moyen terme liées à leur performance, dont l’apparition de défauts suite à l’exsudation d’extractibles contenus dans les essences de l’est, comme l’épinette noire et le sapin baumier, ainsi que de stabilité de couleur. Nous pensons avoir suffisamment d’expertise pour s’attaquer à ces problèmes et identifier l’origine de la dégradation de la couleur et des problèmes d’adhésion : 1) revoir les méthodes de tri des bois et la comprendre l’origine du problème. 2) Caractériser l’origine physico-chimique des problèmes de surface suite à un vieillissement accéléré. 3) Développer des méthodes de traitement de surface du bois pour fixer ou éliminer les extractibles 4) Ajouter au bois des micros ou nanoparticules, décourageant l’absorption de rayons UV.  

Plusieurs des difficultés pour obtenir une bonne performance des revêtements pour le bois sont associées à une mauvaise adhésion du revêtement sur la surface du bois. Cela est dû en partie au fait que le revêtement ne pénètre pas la surface. Une condition préalable est que le revêtement liquide mouille la surface. Effectivement, suite à l’usinage des surfaces (ponçage/rabotage), la mouillabilité peut diminuer, suite à des changements de la chimie de surface. Dans le cas de l’épinette et du pin, cela se produit dans un intervalle de 4-5 jours suite à l’usinage, et la surface est moins active, plus difficile à mouiller. Nous avons besoin d’évidences que de tels changements peuvent se produire dans le bois en si peu de temps et cela a des implications dans des cas où une durabilité élevée des revêtements est requise. Puisque cela n’est pas toujours possible, on doit chercher à développer des méthodes pour réactiver le bois en enlevant les extractibles nuisibles à la surface du bois. Nous proposons d’utiliser des techniques plasma pour réactiver les surfaces et enlever les extractibles de basses masses moléculaires qui interfèrent avec l’adhésion des revêtements. Ce traitement rapide aurait le bénéfice additionnel de stériliser les surfaces et donc de minimiser l’effet éventuellement négatif des micro-organismes sur l’adhésion.

Début du projet : 2007-04-02 Fin du projet : 2009-03-31
 

Rapports :

 

Pour plus d'information sur ce projet veuillez contacter :

Riedl, Bernard
Université Laval
courriel : Bernard.Riedl@sbf.ulaval.ca
téléphone : (418) 656-2131
télécopieur : (418) 656-2091
 
Retour à la liste abrégée 

 

 

 

   
 
   
CONTACTEZ-NOUSADRESSEZ-VOUS AUX SPÉCIALISTESINSCRIPTIONPLAN DU SITEENGLISH